Les aventures de Nicolas à la bibliothèque André Moine

Salutations, vous qui lisez ces mots ! Je me nomme Nicolas Dulamon et je vais vous raconter le temps que j’ai passé à la bibliothèque du Boucau.

Tout commença au début de l’année, lors d’une entrevue avec ma conseillère d’insertion qui me proposa de faire une formation au centre PERF de Tarnos. Au cours de celle-ci, il s’est avéré que je présentais moult atomes crochus avec le métier de bibliothécaire.

Comme dans tout dispositif de ce type, il fallut que je recherche un stage dans cette branche professionnelle. Fort heureusement, après quelques démarchages téléphoniques, je n’eus aucune difficulté à le décrocher.

Ce fut donc un jeudi matin relativement froid et pluvieux, surplombé d’un ciel nuageux moucheté gris-souris, que je me rendis à la bibliothèque de ma ville. Pour tout vous dire, la météo morose s’accordait à ravir avec l’écheveau d’angoisse qui nouait mes tripes.

Toutefois, ce concerto pour violon de l’Anxiété Chronique qui résonnait en mes entrailles alla en diminuendo lorsque je franchis la porte. L’accueil de Cathie, la bibliothécaire rouquine de la ville me signifia clairement que le thermostat d’ambiance du lieu avait été réglé sur chaleureux.  Elle me présenta alors Céline, sa collègue brune qui se montra tout autant accueillante et je sus alors que ces deux semaines de stage allaient bien se passer.

Je pourrais vous relater la liste exhaustive des tâches effectuées chaque jour. Comment chaque nouveau livre doit être étiqueté, plastifié, enregistré et rangé. Comment sont gérés les prêts et les retours, le classement, l’entretien et malheureusement la mise au rebut. Il me serait même possible de vous révéler la provenance des trente mille pièces qui résident en ce lieu.

Mais tous ces faits, aussi cruciaux qu’ils puissent être au bon fonctionnement d’une bibliothèque, ne réduiraient son essence qu’à un simple garde-livre. Non ! Travailler dans une bibliothèque municipale est bien plus qu’une simple affaire de classement et de gestion.

C’est avant tout un service public dont le but est de mettre à la portée de tous la culture, la connaissance et le divertissement.  De ce fait le bibliothécaire doit devenir le champion d’une des plus nobles causes et la plaider auprès de chaque usager.

Lorsque vient une classe d’écoliers, il deviendra un animateur qui tentera d’inspirer à chaque enfant l’amour des livres et de la lecture.

Lorsqu'arriveront une dame, un homme, un grand-père ou une petite mamie, il devra répondre du mieux qu’il le pourra à leurs désirs littéraires. Que ce soit en leur procurant les ouvrages recherchés ou en leur proposant des titres qui pourraient leur plaire !

En un mot comme en cent, même si cette ère numérique semble le rendre désuet, il s’agit d’offrir à toutes et à tous la chance d’ouvrir un livre, de tourner ses pages, de lire ses mots et d’y trouver tout un univers de Merveilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *